Ma tribune publiée sur Le Figaro.fr

logo_5689

Communautarisme : le cri d’alarme d’un maire

FIGAROVOX/TRIBUNE – L’édile d’Argenteuil livre un témoignage choc de la gestion communautariste de certaines villes. Si beaucoup d’élus locaux sont complices du communautarisme, Georges Mothron dénonce l’impuissance de l’Etat face à ce mal qui prospère.

Je suis maire d’Argenteuil, troisième ville d’Île-de-France comptant bientôt 110 000 habitants. C’est mon second mandat de maire après celui de 2001 à 2008. Je n’ai jamais cherché l’exposition médiatique, elle ne m’a jamais intéressé. Mais, j’ai voulu cette tribune comme un témoignage en tant que maire. Je parle en mon nom personnel, mais, je le fais aussi je pense en celui de centaines de mes collègues qui ont, comme moi, leur ville et la France chevillées au corps et qui sont confrontés, souvent avec moins de moyens qu’une grande ville comme Argenteuil, au communautarisme et à l’intégrisme islamiste de minorités agissantes. Je veux parler de ces minorités qui poussent certains élus à composer avec l’incomposable pour des achats de voix, pour leur permettre de se maintenir en poste. Je parle de ces élus indignes de leur fonction qui ont délibérément fait le choix de fouler au pied les règles les plus fondamentales de notre République et notamment celle de la laïcité.

Ces situations sont loin d’être isolées. Elles se retrouvent sur l’ensemble du territoire national.

Si je me montre inflexible et intransigeant avec ces maires qui ont délibérément fait le choix d’oublier les valeurs qu’ils ont le devoir d’incarner, je n’ai pas de mots assez durs contre l’Etat et notamment ses hussards, les Préfets, qui sont, je peux moi-même en témoigner, trop souvent aux abonnés absents, préférant bien souvent détourner la tête et laisser les maires seuls face à des conflits qu’ils n’ont pas les moyens légaux de gérer.

Il y a de cela quatorze ans paraissait un livre, Les Territoires perdus de la République. Ce livre relate les importations dans les quartiers populaires du conflit israélo-palestinien ainsi que les références à un Islam simpliste, coupé de son évolution au fil de l’histoire, mais aussi la montée des petits caïds. Lorsque je suis redevenu premier magistrat de ma commune, j’ai constaté un certain nombre de faits exposés dans ce livre que je n’avais pas décelés lors de mon premier mandat. Ils existaient certainement, mais dans une proportion si faible que je ne les avais pas décelés.

Douloureusement, j’ai du constater à quel point ma ville avait si profondément changé. Depuis plus de deux ans et demi, j’ai, avec mon équipe, élus et collaborateurs, redressé des situations qui ne devraient pas exister. J’ai mis fin à de nombreux emplois de complaisance, dont des personnes qui avaient été embauchées pour leur influence supposée au sein de la communauté musulmane: un véritable mélange des genres entre espace professionnel et associations cultuelles. J’ai réaffirmé l’égalité homme-femme en sanctionnant sévèrement les agents refusant de serrer la main aux femmes. J’interdis systématiquement la tenue de salons dit «de la femme» discriminants et contraires à la laïcité sur le modèle qui s’est tenu à Pontoise et qui a défrayé la chronique. J’ai fait en sorte de récupérer 1 million d’euros de la part d’une association cultuelle qui avait bénéficié, là encore dans un calcul purement électoral, d’une location d’un bâtiment municipal à titre gratuit ainsi que de travaux dans celui-ci pour un montant équivalent à la somme récupérée. Voici des actes qui sont en mon pouvoir de Maire.

Cependant, je me trouve fort dépourvu et depuis trop longtemps lâché en rase campagne par l’Etat, lorsqu’il s’agit de prendre des décisions sur la fermeture de lieux de prière inopinés ou d’encadrement d’enfants qui se sont construits dans la plus totale illégalité. Ces lieux ne sont d’ailleurs pas uniquement, dans le cas d’Argenteuil, d’obédience musulmane mais également évangéliste. Il en va de même concernant l’absence de contrôle de l’Etat relatif aux financements de lieux de culte par l’étranger sur lesquels j’ai alerté à maintes reprises.

J’entendais il y a peu une chronique courageuse du philosophe Raphael Enthoven. Celui-ci moquait justement la phrase hélas fort à la mode en ce moment: «Ne pas jeter d’huile sur le feu». Il pointait du doigt cette expression en disant: «qu’elle était devenu le mantra des élus qui se donnent ainsi l’image de rassembleurs apaisants. C’est une formule magique. Elle installe celui qui la brandit dans la position du souverain qui, quand le monde s’enflamme, conserve son sang-froid…Alors qu’en réalité, c’est lui, le pyromane».

Et d’ajouter pour conclure: «Ne pas jeter d’huile sur le feu c’est la formule qui préserve les conflits en posant un voile dessus. Celui qui ne veut pas jeter d’huile sur le feu c’est celui qui ne veut pas se salir les mains, celui qui a peur et qui a honte d’avoir peur donnant à sa peur les contours flatteurs de la pondération…».

Malgré tout, face à ces situations qui apparaissent parfois désespérées et désespérantes et qui ont déjà causé de profonds dégâts dans notre société, je reste convaincu, comme beaucoup de mes collègues maires, que cet état de fait n’est pas irréversible. Je reste intimement persuadé que la non-renonciation, la force du courage et la volonté de voir les valeurs de notre République triompher face à l’obscurantisme, est plus que jamais possible. Ce sera sans aucun doute l’une sinon la mission prioritaire du prochain président de la République qui succèdera à François Hollande.

Intervention du Maire d’Argenteuil sur les futurs projets d’Argenteuil lors du conseil municipal du 11/10/2016

ALLOCUTION DE GEORGES MOTHRON EN OUVERTURE DU CONSEIL MUNICIPAL DU MARDI 11 OCTOBRE.

 

*********************************

 Mesdames, Messieurs, chers collègues,

Avant d’aborder l’ordre du jour de ce conseil municipal, je souhaite faire plusieurs annonces. Alors si vous le voulez bien, parlons d’Argenteuil, de sa situation et de son devenir, c’est ça le plus important c’est pour cela que les Argenteuillais nous ont accordé leur confiance.

J’en profiterai pour répondre à la fin de mon intervention au courrier que M. Doucet m’a adressé.

Comme vous le savez, Argenteuil revient de loin, mais Argenteuil va mieux, c’est loin d’être parfait, mais nous sommes aujourd’hui sur les bons rails.  Argenteuil peut à présent sereinement aborder l’avenir. Avec mon équipe, nous avons consacré toute notre énergie au redressement des finances durant la première phase du mandat. J’ai naturellement ce soir une pensée forte pour Harold Matysen qui a largement contribué à ce redressement spectaculaire.

Cette phase de redressement étant aujourd’hui accomplie, elle nous permet de basculer sur un second temps, celui des projets auxquels nous avons travaillé dès le début de notre mandature.

Le pari que j’ai fait, il y a quelques mois de cela de créer le Conseil économique d’Argenteuil en confiant sa présidence à Alain Leikine, ancien conseiller général socialiste, s’avère d’ores et déjà positif. Nous savions que les entreprises de la ville étaient à l’abandon. Ce que nous ne savions pas, c’est à quel point ces mêmes entreprises étaient en attente d’un contact, d’un soutien, d’une aide de la ville et surtout de leur attachement à Argenteuil.  Dès le mois de juin, lors de notre réunion fondatrice, 20 entreprises du territoire Argenteuillais ont immédiatement accepté de rejoindre le CEA. Parmi elles, de grandes entreprises : Dassault, Givaudan, Elno, Pentax etc… mais aussi des PME.

Nous assurons aujourd’hui, grâce à la petite équipe constituant le CEA, un contact quotidien avec ces entreprises afin de répondre à leurs attentes, leur volonté de développement. Nous affichons clairement notre volontarisme économique afin d’attirer et de susciter auprès d’autres entreprises, l’envie de venir s’implanter à Argenteuil. A l’heure où je vous parle d’ailleurs, le Conseil économique d’Argenteuil est réuni au GARAC en présence de la sous-préfète avec les différentes entreprises citées précédemment. Là encore, les choses s’accélèrent. La vision des choses que j’avais en la matière s’est avérée juste. Dès le début de ce mandat, nous avions approché ou été approchés par différentes entreprises. Ce fut par exemple le cas pour Hédiard que nous sommes parvenus à faire déménager de Colombes pour Argenteuil. Aujourd’hui, la ville d’Argenteuil, par nos différentes actions, et je pense notamment à notre choix  clairvoyant d’intégrer la Métropole et de tourner Argenteuil vers les Hauts de Seine et Paris, suscite à nouveau, et j’en suis ravi, l’envie des investisseurs de toute la France.

En effet, dès son intégration à la MGP et l’élection de Patrick Ollier à sa Présidence, je suis allé rencontrer ce dernier afin d’organiser une visite de notre commune. Cette visite avait pour but de montrer aux membres de la MGP l’atout que représente Argenteuil. De leur rappeler que notre ville est à proximité immédiate de Paris, desservies par des axes routiers importants, proche de l’aéroport international Charles de Gaulle avec l’avantage immense de disposer de réserves foncières importantes.

Une visite a donc eu lieu pendant l’été et j’ai eu la sensation que les membres de la MGP dont son Président, réalisaient brusquement à quel point Argenteuil était attractive de par les atouts qui sont les siens. Ma sensation s’avère aujourd’hui juste, puisque j’ai reçu, il y a quelques jours à peine, un courrier de la part du Président de la Métropole.

J’ai le plaisir de vous annoncer que la Métropole du Grand Paris a retenu le secteur dit « gare d’Argenteuil » dans le cadre de l’appel à projets « Inventons la Métropole du Grand Paris ». La SNCF propriétaire de la majeure partie du site s’est engagée aux côtés de la ville. Cette nouvelle a été officialisée hier au Pavillon Baltard à Nogent sur Marne lors de l’événement de lancement de la consultation. Lors de cet événement, j’ai défendu, avec les équipes techniques de la ville, les différents sites porteurs pour la ville, face à de nombreuses entreprises souhaitant s’implanter en Ile de France. Le secteur de la gare d’Argenteuil a donc été retenu mais il est déjà certain que celui que la friche Balzac du Val d’Argent, que nous avons également défendu, puisse être également retenue dans la seconde consultation à venir.

Le Conseil économique d’Argenteuil sera en première ligne pour défendre les intérêts de notre commune et pilotera sous mon autorité l’appel à projets. L’investissement technique du porteur de site que nous sommes sera une condition de réussite du projet dans son ensemble et permettra in fine, de retenir un groupement d’entreprises qui soit un lauréat solide et porteur d’un projet innovant, en adéquation avec les ambitions d’Argenteuil. A l’issue de tout cela, la ville d’Argenteuil signera une convention d’adhésion dans le cadre de cet appel à projets qui marquera le début de cette opération. Cette convention visera à définir les engagements réciproques de la ville et des entreprises qui auront à s’associer.

Je me félicite de cette excellente nouvelle pour notre ville et ses habitants. Comme je l’avais dit à l’époque à ceux qui m’interrogeait sur l’opportunité de rejoindre la MGP, ce projet pour lequel nous avons été retenus va venir, très rapidement, redynamiser le tissu économique de la ville, apportant notamment des richesses supplémentaires à notre commune, que ce soit en matière d’emplois, de CFE (ex taxe professionnelle), ou de recettes pour nos commerces du fait d’un nombre accru de personnes nouvelles au sein de la ville. Je suis fier de dire qu’Argenteuil est dorénavant entrée dans une spirale économique positive que nous allons pousser et accroître avec le Conseil économique de toutes nos forces.

Enfin, je vous annonce avoir rencontré il y a peu Jérôme Chartier, Premier Vice Président de la Région. Ce dernier m’a communiqué les intentions de la région en matière de développement économique. Je serai là aussi en mesure de vous dire, dans un laps de temps très court, une voire deux excellentes nouvelles pour Argenteuil, probablement lors du conseil municipal de décembre. Argenteuil est plus que jamais aujourd’hui au centre de toutes les attentions et c’est tant mieux, nous ne pouvons que nous en réjouir.

Mais l’attractivité d’Argenteuil ne doit pas être uniquement économique, elle doit aussi l’être pour ses habitants. Depuis trop longtemps, Argenteuil qui approche les 110 000 habitants, est privée d’un véritable pôle de loisirs et cinématographique digne de ce nom. Les plus anciens ici se rappelleront qu’il y a 20 ans, Argenteuil disposait de 10 salles. 4 dans le cinéma Alpha et 6 dans le cinéma Gamma. Avec la disparition de ces deux cinémas, il était évident qu’Argenteuil ne pouvait rester en l’état. Sous mon premier mandat, j’avais voulu un tel projet, hélas, le rachat de Gaumont par Pathé avait mis un coup d’arrêt à celui-ci. Mon successeur a eu la même ambition que moi et a, durant son mandat, avancé fortement sur ce sujet, sans malheureusement pouvoir déboucher.

Assez rapidement après mon élection de Maire, lors de ma première rencontre avec le Préfet du Val d’Oise de l’époque, celui-ci a immédiatement abordé comme premier sujet, l’urgence d’agir pour implanter un cinéma digne de ce nom sur la commune. Conscient de l’enjeu pour la ville et ses habitants, j’ai repris le projet soutenu par mon prédécesseur ici présent, que le l’opérateur investissant à fait considérablement évoluer, pour aboutir à un projet embellissant totalement notre entrée de ville ainsi que le quotidien des Argenteuillais.

Ce sera d’ailleurs le premier point de l’ordre du jour de ce conseil municipal.  Ce projet, qui je le rappelle est d’initiative privée, est mené, depuis le départ, par la société FIMINCO. Celui-ci a fait coulé beaucoup d’encre depuis sa reprise par mon équipe, avec des inventions assez déconcertantes pour ne pas dire farfelues de la part de ses opposants. N’ayant strictement rien à cacher, nous vous présenterons ce projet dans ses détails dans la première délibération à venir. Je vais toutefois vous en dire quelques mots dès à présent. Je profite également de cet instant, pour vous annoncer que lors du prochain conseil municipal, du 13 décembre prochain, Gérald Azancot, Président de la société FIMINCO viendra présenter le projet dans son ensemble, accompagné des architectes qui ont travaillé sur ce projet depuis le début de ce mandat, là encore dans un souci de totale transparence.

Alors ce projet dit « Pôle Héloïse » quel est-il ?

Il consiste de la part de la ville, ce sera l’objet de la délibération de ce soir, à effectuer une cession foncière de l’emprise dite « Héloïse » pour un montant de 7,5 millions d’euros. Cette manne financière nous permettra d’ailleurs la construction d’un groupe scolaire qui nous fait, comme vous le savez, tellement défaut. La société FIMINCO se propose de développer sur cette parcelle un peu plus de 40 000m2 se décomposant de la manière suivante :

-      une salle de spectacle

-      un cinéma de 8 salles

-      un pôle de culture et de loisirs comprenant notamment des restaurants traditionnels et différents commerces

-      des logements de haute qualité

L’offre de ce projet qui nous a été fait par ce groupe répond au constat partagé entre la ville et la société FIMINCO de la nécessité d’apporter une nouvelle offre culturelle, de loisirs et de commerces pour les Argenteuillais. En effet, en 2009, sous le mandat de      M. Doucet, avait été réalisée une étude extrêmement intéressante et toujours d’actualité par le cabinet Cushman et Wakefield. Cette étude comme vous pouvez le constater sur les documents projetés, montre bien l’évasion commerciale constatée des Argenteuillais vers d’autres offres commerciales qui se sont développées aux limites de la ville. Cette étude avait éclairé la majorité d’alors sur le manque totale de visibilité de l’offre commerciale depuis les entrées de ville. La conclusion de ce cabinet établissait clairement la nécessité de réinvestir un emplacement stratégique en bas de Gabriel Péri en entrée de ville donc,  en créant une continuité entre linéaires commerciaux pour en renforcer l’offre. Comme j’avais eu l’occasion de l’écrire le 9 mai dernier au collectif Jean Vilar, il est pour moi impensable que la plus grande ville du département soit privée d’une telle infrastructure et que nos administrés soient contraints d’aller ailleurs que dans leur ville pour en bénéficier.

Je sais que l’inquiétude de certains, réelle, ou complètement feinte, porte sur la salle des fêtes Jean Vilar. Alors là aussi totale transparence !

L’emplacement de son bâtiment est effectivement remarquable, il dispose d’une localisation stratégique au cœur de la commune. Pour autant, les salles pâtissent aujourd’hui de l’obsolescence du bâtiment qui ne correspond plus aux normes actuelles de spectacles, de son manque de modularité qui exclut de fait certains événements et de son manque de visibilité. Le projet développé permettra :

 –      de valoriser l’entrée de ville d’Argenteuil

-      de renforcer son attractivité et de faire face à la concurrence des nouvelles salles de spectacles dans l’environnement d’Argenteuil (Cité des Loisirs de Courbevoie 2014, l’Arena 92 à Nanterre en 2017)

Et je le dis ici de manière très claire, nous ne laisserons pas les associations sans leur apporter des solutions équivalentes à celles existantes en termes de capacité d’accueil. Une solution de remplacement temporaire est actuellement à l’étude pour palier à son absence durant la période de chantier. Je le répète donc ici ce soir : AUCUN changement pour les associations dans le cadre de leurs activités.

Parlons à présent du projet de salle de spectacle polyvalente. Celle-ci sera adaptable à tout type d’événement. Elle sera modulable grâce à l’installation d’un système de gradins spécifiques qui permettra non seulement d’organiser toutes les manifestations existantes mais d’accueillir également de nouveaux spectacles. Ces gradins motorisés escamotables et mobiles, permettront une grande modularité dans la salle, pouvant scinder celle-ci en deux parties en la cloisonnant sur la partie arrière afin de recréer une seconde salle. La polyvalence de la salle sera assurée par la mobilité des gradins et par leur capacité à se replier et déplier facilement.

De même, j’ai entendu que ce projet ne serait que béton et désolation…

C’est tout le contraire ! Le projet préserve en effet un maximum d’arbres présents sur site. Cet équipement sera à la pointe du développement durable et éco-environnemental. Une attention particulière sera portée aux aménagements des espaces publics pour faire de ce site une entrée de ville de qualité, un lieu entièrement piéton propice à la déambulation, à la flânerie en continuité du circuit marchand du centre-ville.

Vous le verrez d’ailleurs en images dans la présentation à venir de FIMINCO lors de la séance du 13/12 prochain.

Enfin, j’entends toujours de certains que ce projet mettrait à mal : Côté Seine, le Figuier Blanc que sais-je encore…

Là encore je veux rassurer les gens qui pourraient être inquiets.

Ce projet de cinéma repose sur un dimensionnement raisonné. Celui-ci prévoit un pôle cinématographique de 8 salles. C’est à dire le même dimensionnement que celui  prévu initialement sur Bezons, mais aujourd’hui mort né, suite à son rejet en CDAC. Rien de cette dimension ne se fera sur Bezons comme me le confirmait il y a encore peu l’Etat, mais sur Argenteuil comprenant 4 fois plus d’habitants. En limitant ainsi le nombre de salles par rapport au potentiel réel, le projet s’inscrira en complémentarité de la programmation proposée par le Figuier Blanc, davantage tournée vers les films d’Art et Essai.  Encore une fois, toute l’ambition de ce projet va s’inscrire pleinement au sein du tissu existant avant tout pour freiner l’évasion commerciale vers les grands pôles marchands situés en dehors de la ville et viendra en complémentarité de Côté Seine. Cette opération viendra dynamiser et renforcer le centre ville en concentrant les personnes en son cœur.

Le projet porté par FIMINCO prévoit 900 places de stationnement contre 250 environ aujourd’hui. Ces places seront naturellement ouvertes au public et répondront aux différents usages.

Voilà ce que je souhaitais vous dire en préambule de ce conseil. Tout cela est extrêmement positif et bénéfique pour la ville, nous allons poursuivre nos efforts en ce sens.

J’en viens maintenant à votre proposition M. Doucet. J’ai bien reçu votre longue lettre baptisée par vos soins «  main tendue à Georges Mothron ».  A la lecture de votre courrier, j’ai eu l’impression de prendre cette main tendue en pleine figure. Du moins durant le premier tiers, avant d’arriver aux propositions que vous me formulez.

Vous témoignez d’une envie de faire entre vous, Député , et moi, Maire d’Argenteuil. Je passerai sur les nombreux tracts distribués dans toute la ville où paraît-il vous m’étrillez moi et mon équipe. Je ne reviendrai pas sur cela, les gens s’en moquent et pour tout vous dire, je ne les lis plus depuis un bon moment.

Je retiendrai de tout cela votre main tendue, et me concentrerai sur le positif et laisserai le négatif de côté.

Sur le premier sujet relatif à la porte St Germain. Comme vous le savez, ce sujet est un sujet complexe, Mme Colin le connaît bien, M. Savry également. Nous y avons travaillé lors de mon premier mandat. Malheureusement, la multiplicité des acteurs, publics et privés rend extrêmement difficile l’aboutissement de ce projet. Nous travaillons là encore depuis le début de cette mandature sur sa réussite et je crois que nous sommes aujourd’hui sur le point d’aboutir. Vous me proposez d’engager dans cette zone je cite « un grand plan de remplacement de 250 de ces logements insalubres par 250 logements sociaux ». Monsieur Doucet, même si dans les constructions à venir, celles-ci comprendront nécessairement des logements sociaux, je pense qu’Argenteuil est déjà en la matière, exemplaire, et a largement pris sa part dans le social, avec je le rappelle, 37% de logements sociaux sur la ville. La mixité sociale, c’est aussi attirer des populations autres, et notamment celles de la première ceinture, qui ne peuvent plus aujourd’hui se loger dans les départements voisins du fait du prix du M2.

Concernant le deuxième sujet que vous abordez relatif à l’accession à la propriété, je souscris à ce que vous dites et je trouve votre proposition intéressante. Elle mérite d’être creusée. Je crois en effet intéressant de permettre aux classes moyennes de pouvoir accéder à la propriété.

Enfin concernant le Pôle Héloïse… J’ai lu avec une certaine circonspection, le gros titre du Parisien, faisant certainement suite à votre appel auprès de la journaliste, qu’il fallait je cite «  sauver le multiplexe »… Avec tout ce que je viens de dire et d’annoncer ce soir, je crois pouvoir affirmer sans ambages que ce projet ambitieux est tout sauf en danger.

M. Doucet, je sais que depuis plusieurs semaines voire plusieurs mois, vous avez multiplié les rencontres avec les différents interlocuteurs de la ville. Il y a encore de cela quelques jours à peine, le Préfet de Région…

Je comprends qu’il soit difficile de voir que le projet que vous avez soutenu l’est aujourd’hui par votre successeur. J’ai moi même été dans cette position avec vous il y a quelques années. Pour autant, lorsqu’il est d’intérêt général, essayer de nuire à un projet pour qu’il échoue serait ridicule et indéfendable devant les Argenteuillais.

Malgré tout M. Doucet, je trouve votre initiative de collaboration intéressante, et même si nous ne tomberons certainement pas d’accord sur tout, je vous propose de mettre en place une méthode de travail en commun. Je vous propose donc la constitution d’un comité de pilotage du projet, composé de 6 élus de la majorité et de 2 élus de l’opposition choisis à l’intérieur de votre groupe. Je vous propose de préciser tout cela lors d’une rencontre en tête à tête que j’organiserai prochainement si vous en êtes d’accord. Cela nous donnera l’occasion d’aborder ces sujets et peut-être d’autres, afin de trouver des synergies qui, si elles sont productives, bénéficieront, je n’en doute pas un seul à l’instant, à l’ensemble des Argenteuillais.