Mon intervention liminaire au Conseil municipal du 1er mars 2017

Mesdames, Messieurs les élus,

Chers Argenteuillaises, Chers Argenteuillais,

Mesdames, Messieurs,

En préambule du Conseil de ce soir, je souhaite partager avec vous une réflexion qui me vient, à l’aune de l’actualité que probablement aucun d’entre nous n’aura manquée aujourd’hui.

Il y a bientôt 3 ans de cela, réélu Maire d’Argenteuil, je me souviens d’avoir découvert avec stupéfaction de graves dérives dans la gestion budgétaire de la Ville par nos prédécesseurs, et d’avoir alors saisi le Procureur de la République de Pontoise les 16 juillet et 31 aout 2014 pour :

  • Favoritisme, complicité et recel ;
  • Trafic d’influence, détournement de fonds publics et abus de confiance aggravé.

Des faits qui me semblent profondément graves et dont nous connaissons tous les conséquences pour notre Ville.

Bien plus tard, j’ai été convoqué, le 8 juillet dernier par le juge Serge TOURNAIRE, du Parquet National Financier, à qui l’on venait de transmettre cette affaire.

Au cours de cet entretien, le juge TOURNAIRE m’a confié que le dossier traité par la Police financière pour le TGI de Pontoise était maintenant étayé et les charges importantes.

En tant que partie civile dans cette affaire, j’ai demandé au juge des confrontations.

J’attends depuis lors…

Parallèlement, l’actualité du jour nous apprend que le même juge TOURNAIRE, en charge depuis seulement vendredi dernier du très médiatisé dossier concernant l’un des candidats à la présidentielle, lui envoie dès aujourd’hui une convocation avec la perspective de sa mise en examen prochaine.

Je m’étonne dès lors de la rapidité des procédures pour certains alors qu’elles semblent bien longues pour d’autres, et m’interroge sur l’existence d’une justice à deux vitesses…

Je vous laisse à cette réflexion.

Je vous remercie.

Mon engagement pour Argenteuil : Législatives 2017

Capture d’écran 2017-01-28 à 19.39.34

 

 

Mesdames, Messieurs, Chers Argenteuillais,

Je vous annonce ce soir que j’ai pris la décision de ne pas être candidat aux élections législatives au mois de juin prochain.

La loi sur le cumul des mandat s’appliquera à cette date et chaque élu devra alors faire un choix.

Victorieux en juin prochain, cela signifierait pour moi devoir choisir entre la ville d’Argenteuil et l’Assemblée-nationale. Vous le savez, l’engagement de ma vie a toujours été au service d’Argenteuil et des Argenteuillais.

Il était donc pour moi hors de question d’abandonner la ville, après deux ans de redressement,  suite à la gestion catastrophique de l’ancienne municipalité. Mon choix est sans aucune hésitation celui d’Argenteuil, au moment où la ville va mieux, au moment où les projets sortent ou vont sortir de terre dans les prochains mois, au moment où les acteurs économiques de la France entière se battent pour revenir enfin s’implanter à Argenteuil.

J’ai demandé à Gilles Savry, mon adjoint à l’urbanisme, qui a toute ma confiance, d’être candidat pour les élections législatives face à un Parti socialiste local et national plus décomposé que jamais. Gilles Savry a accepté ma proposition et je l’en remercie.

Je demanderai, dès demain, à Jean-Francois Lamour de le faire investir par la Commission Nationale des Investitures des Républicains.

Georges Mothron